Banc d’essai

Banc d’essai : Pourriture des fourchettes

Bonjour les tribu’. J’espère que vous allez tous bien et que cette semaine un peu fraiche vous a épargnée des épidémies d’angines, grippes, gastros et autres joyeusetés de l’hiver.

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui je vous retrouve pour un banc d’essai, c’est-à-dire un article proposant d’essayer un produit équin et de vous donner mon avis objectif à son sujet. Et pour commencer la catégorie en beauté pour 2018, ce n’est pas un, mais quatre produits de saison que je vous propose de tester ensemble autour du thème des fourchettes pourries. Trois sont issus du commerce et un mélange maison, pour votre plus grand plaisir.

Le fléau de la pourriture des fourchettes nous touche tous et toutes en cette saison, quelque soit le mode de vie de nos équins, et ce même si on a fait un peu de prévention avant. Vous avez été épargnés ? Bravo, vous avez bien de la chance, car chez moi, ça n’a pas loupé. Le changement radical de mode de vie de mes lardons m’a fait éviter la gale de boue hivernale annuelle, mais les fourchettes n’ont pas été à l’abri et n’ont pas eu le temps de s’adapter au passage de la boue au boxe. Mon pin’s ayant été très peu touché, je vais plutôt orienter le test vers ma jaunisse qui, fort heureusement, n’a aucun problème pour donner les pieds. Ça m’arrange bien car je ne fais que ça depuis deux mois : lui prendre les pieds, les garder en main, les triturer, appuyer dans les trous, arracher les morceaux, me pincer le nez… Berk ! Trêve de blabla, passons aux tests ! Ils ne sont pas décrits par ordre chronologique d’utilisation mais je les ai utilisés assez longtemps pour en donner un avis.

– Produit pour fourchettes / Décathlon

On m’a beaucoup recommandé le produit bleu de chez Décath’ pour son rapport qualité/prix, j’ai donc investi pour l’essayer. Le prix avoisine les 5€ dans l’enseigne pour un petit bidon tout bleu.

Packaging : Un petit bidon avec un embout. Petit bémol cependant : Il faut couper le bout de l’embout précision et faire attention à ne pas arracher le bouchon relié au bidon, mais j’ai du tailler mon embout pour que le bouchon rentre. À mon avis, un embout qu’on peut dévisser et qui laisse apparaitre le trou serait plus pratique et plus sécurisant, car en taillant trop cet embout, on risque de voir apparaitre des fuites dans sa boite de pansage après une chute du bidon sur le coté. Autre bémol pour le trou que je trouve trop important, l’afflux de produit est important et il est très facile d’en gâcher. Pour l’appliquer, la prise en main est cependant pratique et un peu de temps tête en bas nous permettra de récupérer le fond.

Texture : Un gel bleu assez épais. Trop liquide pour bien tenir dans les lacunes, mais assez épais pour l’appliquer dans les bonnes zones.

Application : Je l’ai appliqué avec l’embout dans les lacunes et les trous. Le produit coulant sur la sole, j’ai pris le pli de l’étaler en tapotant avec un pinceau que j’ai trouvé à Action, j’en ai ainsi recouvert la fourchette. Le bidon facilite l’application aux endroits choisis, bien plus pratique qu’en produit en pot à mon sens.

Mon avis à son sujet : J’ai été agréablement surprise de voir un progrès sur ses pieds en quelques utilisations, mais pas suffisant pour un réel traitement au vue de l’état des pieds de mon jaune. Je le garde donc en application hebdomadaire pour prévenir la pourriture quand elle sera guérie, notamment en automne. Le rapport qualité/prix n’est pas si exceptionnel que ça à mon avis, car la texture et l’embout nous font en utiliser beaucoup (trop). Même en faisant attention à la quantité utilisée dès la seconde application, mon petit bidon m’a duré cinq applications : soit je suis un boulet, soit il se vide très vite. Du coup, ça fait 1€ l’utilisation à peu de choses près et je trouve ça au final relativement cher. Je l’ai quand même racheté pour la prévention, mais je ne conseillerais pas pour une grosse pourriture.

– Hoof Remedy / Rekor

Ma copine d’écurie ayant son cheval atteint, et lui déconseillant donc le produit bleu et un produit que je citerais après pour son cheval qui a le don du pied difficile, nous nous sommes naturellement dirigés vers notre petit Padd pour trouver une alternative… Ce qui fut rapide, car ils n’avaient qu’un produit en stock. Séduite par la promesse et le coté pratique de la bête, mon amie et moi sommes reparties avec un flacon chacune. Ah les joies du marketing… #pigeon. Nous avons déboursé 11,90€, mais les produits sont fabriqués dans le département voisin, et j’aime bien le made in France (surtout pour avoir testé un démêlant de la marque qui a été la révélation de l’univers)

Packaging : Il se présente dans un petit tube avec un embout précision qui, cette fois, se dévisse. La taille de l’animal est effrayante car minuscule, mais il ne faut pas se fier aux apparences car il faut, selon la vendeuse, en appliquer très peu. Le tube est un peu souple, ce qui permet d’appuyer dessus pour faire sortir le produit si nécessaire, mais semble malgré tout assez solide pour ne pas casser en volant dans une boite de pansage (même si je doute de sa résistance face à un sabot).

Texture et application : Surprenante car c’est… de l’eau ! Légèrement bleutée, il suffit de secouer très légèrement le tube ou de le presser doucement pour faire sortir le produit. Bien entendu, il est évident que sa liquidité aurait tendance à le faire couler, je prend donc également le pli de tapoter un autre pinceau (on a toujours 40 pinceaux). Il est, à mon plus grand plaisir, très rapidement absorbé, me laissant ainsi le temps d’appliquer mon produit sur la sole avant de poser un pied presque sec par terre.

Mon avis à son sujet : Le testant actuellement pour retirer les derniers résidus de pourriture (et non sur une fourchette complètement atteinte), j’en vois les progrès dès la seconde application : la fourchette s’assainit visiblement, les morceaux partent facilement et je ne sens plus aucune odeur en prenant le pied. Le fait qu’il sèche rapidement est très pratique pour éviter que le produit ne se retrouve par terre, et le mode d’application ainsi que sa texture le rendent finalement très économique ! En plus de ça, le tube prend moins de place et prend donc naturellement ses appartements dans ma boite de pansage. N’ayant pu le tester sur une pourriture atteinte, je ne pourrais vous le conseiller pour cette utilisation, mais je vous le recommande pour une pourriture légère à moyenne ou de manière hebdomadaire en entretien. +1 pour le Made In France !

– Hoof Stuff / Red Horse

Le HS est LA solution qui m’a été recommandée sur les forums et les groupes Facebook pour régler mon problème de fourchettes. Et ça n’a pas été de la tarte… Je l’ai commandé sur le site de Cheval-Energy pour une vingtaine d’euro.

Packaging : C’est un petit pot assez lourd avec un opercule en plastique pour protéger le produits en ouvrant le couvercle. Le bouchon ne respire pas la solidité mais le format pot est obligatoire à cause de sa texture.

Texture et application : Soyons francs : J’ai sué. Beaucoup. C’est une matière blanche, fibreuse et collante, atrocement solide, qui est une galère à appliquer. Le produit n’a pas vraiment d’odeur mais sa texture filandreuse et collante est idéale pour tenir dans les lacunes, jusqu’à plusieurs jours ! Elle forme un film blanc isolant le pied des saletés en traitant en même temps. Pour l’appliquer, j’ai du me munir d’un petit tournevis et de l’opercule : j’ai prélevé plusieurs doses de produits que j’ai réchauffé entre mes doigts, j’en étais à quatre par pied (lacune droite, lacune gauche, lacune du milieu, et un endroit de la ligne blanche qui ne m’inspirait pas confiance) que j’ai déposé sur mon opercule. Une fois le pied levé et bien propre, j’ai du reprendre chaque boulette pour la réchauffer, l’étirer et l’appliquer comme je pouvais : au doigt, au tournevis en enfonçant bien, en lissant la matière collante pour qu’elle accroche bien… avant de passer mes doigts dessus pour vérifier qu’elle tenait bien. Temps passé pour les 4 pieds : une demi-heure, prélèvement de la matière inclus. Comptez au moins 5 min par application par pied qui doit rester levé, d’où l’obligation d’avoir un cheval adapté qui ne rechigne pas et ne vous mord pas le postérieur. On ne va pas se mentir : Ce fut particulièrement relou, et j’ai du prendre des conseils et regarder des vidéos youtube pour m’aider !

Mon avis à son sujet : Épuisant mais miraculeux. En quatre applications, ses pieds étaient méconnaissables ! En partant d’une vraie bonne pourriture et avec un bon nettoyage/séchage avant, je suis séduite. Le rapport qualité/prix est exceptionnel, j’en ai pour plusieurs années à ce stade. Il est totalement à la hauteur de sa réputation.

– Le produit naturel / Fabrication maison

Parce qu’avant d’investir, j’ai quand même essayé de faire une petite popotte maison en prenant des conseils ça et là !

Recette : Argile verte (Pharmacie), Vinaigre de Cidre (grande surface), huile essentielle de Tea Tree (Pharmacie)

Packaging/Texture/Application : J’ai tout mélangé dans un cul de poule, en ajustant le vinaigre pour créer la texture idéale pour l’appliquer au pinceau. Je l’appliquais uniquement sur la fourchette après un bon nettoyage. Je n’ai jamais réussi à faire une quantité suffisante pour une seule application sur les quatre pieds, j’en ai donc régulièrement jeté… Récupérer un petit bidon ou un petit pot qu’on peut fermer serait un plus.

Mon avis à son sujet : Pour être franche… Je n’ai vu que très peu de différence. J’ai du mal à imaginer un traitement complet avec cette mixture… Peut-être en été sur une fourchette en bonne santé pour assainir de temps en temps ? Je suis partagée. Du coup, vous voyez bien que je m’attarde pas à ce sujet… Je pourrais broder mais vous en seriez pas dupes, autant y aller rapidement.

– Conclusion

Pour ce premier banc d’essai, on peut dire que j’ai exploré quelques possibilités. Je conclurais simplement sur ceci : À mon sens, le seul produit qui traite une pourriture bien atteinte sera le Hoof Stuff, qui a réglé le problème en un temps record. Les trois autres seraient des produits d’entretien pour prévenir une éventuelle atteinte de la fourchette par l’humidité. Aussi, plusieurs astuces existent pour venir en aide à la prévention, comme prévoir un endroit sec pour nos chevaux de pré aux endroits où ils piétinent le plus (comme le coin bouffe), bien entretenir l’hygiène du box en le curant régulièrement, et surtout agir dès les premiers signes : Une fourchette qui se décolle par morceaux, qui part en lambeaux au curage ou qui sent mauvais mérite qu’on s’y penche le plus tôt possible.

J’espère que cet article vous aura été utile, et je vous embrasse langoureusement sous la pluie avec une musique douce pour rendre la scène romantique. Bien à vous,

Les liens utiles :

– Commandez le Hoof Stuff : ici

– Commandez le Hoof Remedy : ici (par contre il est en spray)

– Commandez le Frog Care : ici

– Commandez de quoi faire une popotte maison : ici, ici et pour le vinaigre de cidre, votre magasin alimentaire suffira !

– Appliquer correctement le Hoof Stuff : ici en vidéo

– Crédits Photos : Google images + modification par mes soins, instagram de mon poney pour la photo du pied après application du Hoof Stuff.

– Un article sympa sur la pourriture des fourchettes afin d’en savoir plus : ici avec une recette bonus !

Publicités